Rechercher dans ce blog

mardi 24 février 2015

Inclassable



Norlande, Jérôme Leroy, Syros collection Rat Noir

Résumé: Clara, habitante du Norlande écrit dans un cahier qu’elle destine à sa correspondante française Émilie. Elle lui écrit de la clinique où elle réside depuis 8 mois, suite à un traumatisme. Clara était sur l’île où un homme armé a tué 69 personnes.

Ce roman se base sur l’attentat qui a eu lieu en Norvège le 22 juillet 2011, à Oslo et sur l’île d’Utoya.

Ma chronique va prendre une forme un peu différente pour ce livre. Pas de plus ni de moins, et pas d’évaluation. Je m’explique.

Quand j’ai choisi de lire ce roman, je ne savais absolument pas de quoi il parlait. La couverture m’a intéressée, et j’avais envie de lire un auteur français. Quand j’achète un livre, je m’intéresse toujours à son contenu afin de ne pas dépenser une somme sans être à peu prêt sûre qu’il me plaira. Mais quand j’emprunte un bouquin, comme c’est le cas de Norlande, j’aime ne rien savoir à l’avance pour vraiment avoir la surprise au moment de ma lecture. Et là en le lisant et en comprenant de quoi il traitait, ça a été un choc. Je ne pensais pas entrer dans un livre qui aurait un tel écho avec les récents événements en France et au Danemark. Sincèrement si je l’avais su avant, j’aurais retardé cette lecture de quelques mois.

Pour moi c’est le genre de livre, comme les témoignages, sur lequel je ne peux pas émettre un avis parce que cela va bien au-delà d’une simple histoire, il s’agit avant tout de la vie de personnes réelles . Ce qui à mon sens ne doit pas être soumis à un jugement ou un classement. Même si encore une fois il s’agit pour celui-ci d’un roman où l’événement se situe dans un lieu fictif, le Norlande, il est si proche de la réalité qu’il fait presque office de témoignage.

La seule chose que je dirais c’est que j’ai apprécié que l’auteur travaille sur cette dramatique histoire, car quand les mots sont là noir sur blanc, il est plus difficile d’oublier ce qui s’est réellement produit, et ce qui se produit encore.
Il parle aussi de cette crainte qui s’insinue, cette crainte de l’autre, de la montée nauséabonde de certains partis extrêmes. Et du rôle des réseaux sociaux dans ce processus. Bref ce blog n’a pas vocation à discuter de tout cela.
Je dirais donc pour finir que c’est un roman à lire.

lundi 23 février 2015

Mon premier Franz-Olivier Giesbert


La cuisinière d’Himmler, Franz-Olivier Giesbert, Gallimard
358 pages

Résumé: "Le jour de ma naissance, les trois personnages qui allaient ravager l’humanité étaient déjà de ce monde: Hitler avait dix-huit ans, Staline, vingt-huit et Mao, treize. J’étais tombée dans le mauvais siècle, le leur."C’est à travers la vie et le regard de Rose, grand-mère de 105 ans, un flingue vengeur dans le tablier et un désir de vie à toute épreuve, que nous allons parcourir 100 ans d’Histoire.

Ma rencontre avec ce livre: simplement l’envie de découvrir cet auteur et de lire un roman historique.

Mes plus: les vieux personnages qui racontent leur vie moi j’adore. J’aime l’idée que dans un corps loin de sa jeunesse il puisse y avoir une vie incroyable, insoupçonnée. C’est ce que je cherchais dans ce livre et c’est ce que j’ai trouvé. Les épreuves, les rencontres, et les lieux où Rose nous emmène m’ont fascinés.

Le personnage de Rose n’est pas attachant, sous un air feministe et rebelle, elle est en fait plutôt soumise aux hommes, elle est vengeresse et pratique l’adultère sans remord. Et c’est ça qu’on aime justement, car c’est tout ça qui la rend intéressante. Sans oublier sa volonté farouche de vivre.

J’ai beaucoup apprécié la plume de l’auteur, c’est très bien écrit et ça fait juste un bien fou.

Mes moins: j’ai évidemment adoré toute la part historique du roman, mais parfois je trouvais que certains faits étaient relatés de manière trop professoral. Comme s’ils ne venaient plus du personnage de Rose (avec son langage propre) mais d’un livre de cours d’histoire. Et cela m’a un peu gêné.

Mon évaluation: best friend

vendredi 20 février 2015

Waterloo Necropolis


Waterloo Necropolis, Mary Hooper, Editions  Les Grandes Personnes
314 pages

Résumé:  en 1861, Grace est une adolescente vivant à Londres avec sa soeur. Toutes 2 orphelines connaissent une grande misère et font de leur mieux pour se loger et se nourrir. A la suite d’un drame, Grace va devoir prende le train funéraire Necropolis pour aller enterrer un proche. Et c’est dans ce lieu qu’elle va faire 2 rencontres, celle de James, un jeune avocat; et celle de Madame Unwin, la riche propriétaire de l’empire des pompes funèbres Unwin pour laquelle Grace deviendra pleureuse d’enterrement. Mais la jeune fille ne se doute pas qu’elle va devenir l’objet d’une drôle de machination.

Ma rencontre avec ce livre: monsieur travaillant dans un CDI (oui je sais je suis une chanceuse!) je fais souvent le plein de romans en prévision des vacances. La couverture de celui-ci m’a bien plu, et je suis assez intriguée par tout ce qui touche à la mort (non ce n’est pas bizarre) donc l’histoire d’une pleureuse d’enterrement ça m’a interpellé.

Mes plus: l’originalité de l’histoire. Les personnages évoluent dans le commerce très rentable de la mort, ce n’est pas banal.

L’époque, j’ai apprécié me retrouver dans ce Londres de l’époque victorienne où l’on va même croiser rapidement Charles Dickens ( qui d’ailleurs m’a donné envie de lire Oliver Twist, oui honte à moi je ne l’ai pas encore lu...)

L’histoire plutôt touchante dans laquelle Grace accumule les épreuves.

Mes moins: ce qui est très particulier avec ce roman, c’est que je ne lui trouve pas vraiment de point négatif. Et pourtant, il m’a manqué quelque chose sans que je sache quoi. Peut être un peu plus d’émotions ou de surprise. En tout cas je sais que ce n’est pas le genre de livre qui va me laisser un souvenir particulier.

Mon évaluation: allez sans rancune

mardi 17 février 2015

Le coucou de février



L’appel du coucou, Robert Galbraith, Grasset Livre de Poche

Résumé: Cormoran Strike, un détective aux apparences plutôt médiocres (fauché et endetté, en pleine rupture ) se voit confier une affaire hautement médiatique. Le frère de la victime ne croit pas au suicide de sa soeur Lula et veut que Cormoran enquête. La police n’a aucun doute sur le fait que Lula Landry célèbre top modèle, se soit suicidée en se jetant par la fenêtre. Cormoran, aux côtés de sa nouvelle secrétaire Robin accepte de reprendre l’enquête contre une belle somme d’argent.

Ma rencontre avec ce livre: je ne citerai qu’un nom, J.K. Rowling. Je suis bien évidemment une grande fan de la saga Harry Potter, et j’ai dévoré Une place à prendre. Donc logiquement, dès que j’ai su que Joanne se cachait derrière Robert, je n’ai pas résisté.

Mes plus: dois-je le redire, J.K. Rowling c’est déjà un énorme plus, mais bon j’ai quand même essayé d’aborder ma lecture avec objectivité

Les personnages m’ont vraiment accroché. Cormoran, j’ai adoré son côté pas de bol, pas très séduisant, qui va d’échec en échec. Les antis-héros j’adore! Et Robin je l’ai aimé pour tout le contraire, sa méticulosité, son enthousiasme, sa fraîcheur.

J’ai aussi aimé son ambiance, dans la lignée des bons polars anglais.

L’enquête en elle-même, avec ses interrogatoires  (plutôt classiques mais c’est aussi ça que j’ai apprécié), et tout ce cheminement pour arriver à cette fin que je n’avais pas vu venir!


Mes moins: des lenteurs, et trop de descriptions inutiles. Les 100 premières pages j’étais dedans et ensuite cela m’a un peu fait décrocher. Mais une fois passé cela j’étais captivée.

Mon évaluation: pour être honnête, sous le nom de Robert je dirais Bon Pote. Mais sous celui de Joanne je vais dire Best Friend.

dimanche 8 février 2015

Février 2015, belle surprise



Les Chroniques Lunaires, tome 1 Cinder, Marissa Meyer, PKJ

Résumé: il s’agit d’une réécriture du conte de fée  de Cendrillon. Dans cette dystopie futuriste, nous allons rencontrer une cyborg, Cinder, mécanicienne dans la cité  de Néo-Beijing touchée  par une pandémie mortelle. Elle va faire la connaissance du prince Kai et là va commencer son aventure dans laquelle se mêlera sa soif de liberté,  son attirance pour le prince, et la destinée  de l’humanité.

Mon histoire avec ce livre: résumé comme ça, on pourrait dire mais c’est quoi ce délire! Et c’est justement ça qui a attisé ma curiosité, je voulais savoir comment l’auteur avait pu se dépatouiller avec ça, et en faire un succès. Car ce livre on le voit partout sur les chaînes booktube.

Mes plus: le monde en lui-même. L’auteur a vraiment créé un univers futuriste très réussi. Chaque détails nous immerge complètement dans ce monde hypertechnologique où se mêlent cyborgs, androïdes,et humains. Et ce jusque dans son écriture et dans son vocabulaire.
J’ai vraiment adoré sa façon d’intégrer des éléments du conte originel.
Les personnages sont intéressants: le prince Kai et sa lutte intérieure entre ses valeurs et ses responsabilités d’empereur. Cinder qui n’est pas du tout une jeune fille niaise (comme cela peut-être parfois le cas dans les romans jeunesse), elle est responsable, mature, intrépide mais pas trop.

Mes moins: on comprend très vite l’issu du roman, et quel mystère plane sur les origines de Cinder, mais finalement on s’en fiche un peu, donc c’est un tout petit moins.

Mon évaluation: best friend, je vais lire la suite de la saga sans hésiter.

vendredi 6 février 2015

Février 2015 et un roman particulier


Miss Peregrine et les enfants particuliers, Ransom Riggs, bayard

Résumé: Jacob, 16 ans a été  bercé enfant par les histoires extraordinaires que lui racontait son grand-père. Des histoires de monstres et d’enfants un peu spéciaux, que Jacob croyait. Mais en grandissant, il cesse de croire à tout ça. C’est alors qu’un évènement va le conduire sur les traces du passé de son grand-père, un passé plein de mystère et d’événements surnaturels.

Ma rencontre avec ce livre: cette couverture m’a attirée comme un aimant et l’objet livre en lui même est magnifique ( une belle qualité, des photos étranges à l’intérieur) Bref tout ce que j’aime, et puis il va être adapté au cinéma par Tim Burton pour 2016. Rien d’étonnant car il est effectivement très Burtoniesque (oui j’invente des mots car ce livre le mérite ) On l’ouvre comme on pousserait la porte d’un passage secret longtemps inexploré, mélange d’excitation et d’appréhension.

Mes plus: j’adore de manière générale les héros qui partent sur les traces de leur passé familiale et là c’est très bien amené.
Les personnages, auquels je me suis beaucoup attachée et pas seulement Jacob. Ils sont intrigants, étonnants et touchants.
A un certain moment du livre, je me suis dit que l’auteur déraillé, qu’il voulait nous amener dans un truc trop farfelu...et en fait pas du tout. Grâce à sa plume il nous ballade dans un univers étrange avec une facilité déconcertante et on rentre dans cette histoire comme si de rien n’etait.

Mes moins: il n’y en a pas. Le tome 2 m’attend sagement sur une étagère et je le lirais très bientôt.

Mon évaluation: best friend

Première déception, lecture de février



Nos étoiles contraires, John Green, Nathan

Résumé: (ai-je vraiment besoin de le présenter?) une jeune fille atteinte d’un cancer incurable, va faire la rencontre d’Augustus en phase de rémission. De cette rencontre va naître une histoire d’amour.

Ma rencontre avec ce livre: impossible de passer à  côté  de ce roman qui n’a reçu  semble t’il, que des éloges. Je voulais donc le découvrir.

Mes plus: j’ai plutôt bien apprécié le personnage d’Augustus, seules ses répliques ont pu me faire esquisser un léger sourire.

Mes moins: le manque de surprise, on sait évidemment où va nous emmener l’auteur. Même si je peux entendre qu’il n’y avait pas 36 destinations possibles, les chemins pour y arriver auraient pu être plus étonnants.
Je n’ai senti aucun attachement envers les personnages, peut-être  parce que je commence à être trop éloignée de mon adolescence. Pour moi, des personnages basiques, sans relief.
Au vue du sujet ( la maladie), je pensais ressentir plein d’émotions, et cela n’a pas été  le cas. Pourtant je suis très sensible (impossible de ne pas pleurer devant la petite maison dans la prairie c’est dire!) Je ne sais pas si cela tient à l’écriture ou aux personnages eux-mêmes.
Bref je suis passé  totalement à côté.

Mon évaluation: tout est fini entre nous!

Pourquoi ce blog?


Ça  faisait très longtemps que j’y pensais, et en même temps mes avis de lecture interesseraient qui? Sans compter que les blogs littéraires il y en a des tas et de très très bons! Mais récemment il y a eu ce livre qui a fini par me convaincre de me lancer dans la blogosphère.

J’ai donc voulu me lancer dans la lecture du livre de l’année, si si c’est écrit dessus. Celui en tête des ventes jeunesse, en tête  des gondoles des librairies. Celui cité sur toutes les chaînes booktube ( par toutes mes grandes prêtresses littéraires que je suis avidement en vidéos ) Celui adapté  au cinéma...Au passage vous noterez ce suspens insoutenable que j’essaie de créer. Bref, je me plonge dans ce roman (dont vous pourrez lire ma chronique ensuite) m’appretant à être submergée d’émotions en passant du rire aux larmes...et là rien. Au bout de 100 pages j’étais complètement dépitée par ma lecture et par mon hermétisme à cette histoire. Et même  un peu vexée, et toi le livre pourquoi tu délivres ta magie aux autres et pas à moi? Du coup j’ai eu envie de partager et d’échanger avec d’autres lecteurs sur nos différents avis. Et puis peut-être  aussi un peu pour rassembler tous ces autres lecteurs non Greenesque qui pourraient se cacher sans oser sortir de l’ombre de ses fameuses Étoiles.

Dans cette envie de partage, de découvertes je voulais créer un espace simple, un peu comme un salon cosy où de vieux amis discuteraient autour d’une tasse de thé  (ou d’une bouteille de rhum)
Alors si cela vous tente, allons-y, lisons, partageons, découvrons, détestons, aimons...

Apprentissage



Ça  y est, Kimika Warabe, Milan

Parce qu’il n’y a pas que les grands qui peuvent remplir leur bibliothèque je me suis dit que je pouvais aussi vous partager mes coups de coeur enfant. Alors voici le premier.

On va y retrouver des animaux très  sympas qui apprennent  la propreté  ( et oui, il faut bien que cela se fasse un jour).
Le texte est simple comme il faut et vous engage même  à  vous laver les mains après  vos petites affaires.
Les dessins sont très biens, plutôt  rigolos.
Le livre est de bonne qualité  et les pages dans un carton epais et donc résistantes aux assauts  des petites mains.
Après  en avoir acquis  quelques uns, je trouve que celui-ci est le plus clair et ,le plus ludique.

jeudi 5 février 2015

Janvier 2015 coup de coeur



Où on va papa? Jean-Louis Fournier, livre de poche, prix femina 2008

Résumé: un papa qui nous parle de ses deux fils handicapés. 

Ma rencontre avec ce livre: je cherchais à la librairie un roman court et plutôt léger.  Celui-ci me paraissait pas mal, sauf qu’en lisant la quatrième je me suis dit tant pis pour la légèreté,  on y va.

Mes plus: comme je me suis plantée en pensant lire un truc triste! J ’ai ri comme rarement en lisant, pas juste souri mais ri aux éclats. Et cela ne m’a pas empêchée de ressentir beaucoup d’émotion surtout dans des passages plus durs. Et c’est là,  la force d’écriture de cet auteur. Sa plume est fine et poétiquement drôle.  Ce tout petit livre est mon premier grand coup de coeur de l’année (il était temps). Je sais qu’il va faire parti de ses rares livres que je relirais.

Mon évaluation (j’en remets une couche au cas où je n’aurai pas été claire): LOVE STORY

Janvier 2015 Mitch Albom



Les cinq personnes que j’ai rencontrées là-haut, Mitch Albom, Oh Editions

Résumé: "laissez-moi, si vous le voulez bien, vous conter l’histoire d’Eddie, une histoire qui débute par sa mort lors d’une belle journée d’été. " A partir de là,  nous allons donc suivre Eddie, un vieux monsieur,  dans sa vie après la mort qui va rencontrer 5 personnages pour une petite rétrospective sur ce qu’il a vécu. 

Ma rencontre avec ce livre: c’est sur une chaine booktube que j’adore 
https://m.youtube.com/watch?v=0nkri-rNpzE  que j’ai entendu parler de cet auteur inconnu pour moi. Et donc en voyant ce livre à la librairie d’occasion je me suis dit que c’était un signe, surtout que j’adore tout ce qui parle de la vie après la mort.

Mes plus: bon en cherchant bien quelques petits moments d’émotion à l’évocation de Marguerite sa femme.

Mes moins: j’ai beaucoup de mal à expliquer pourquoi je n’ai pas accroché 
 ( remarque très constructive pour vous n’est-ce pas!) Je me suis plutôt ennuyée malgré une belle écriture. Notre héros n’avait pas une vie très palpitante,  même si elle sert juste de toile pour faire passer des messages philosophiques sur l’utilité de la vie.

Mon évaluation: allez sans rancune, mais je lirais peut-être encore cet auteur si je tombe dessus par hasard.

Janvier 2015 Le garçon en pyjama rayé


Le garçon en pyjama rayé,  John Boyne, Folio Junior

Résumé: Bruno, 9 ans (si je ne me trompe pas), va devoir quitter sa maison berlinoise avec sa famille suite à une promotion de son père.  Son père, très apprécié du "fourreur", va devenir commandant du camp de "Hoche-Vite". Et c’est dans ce lieu que Bruno va découvrir de la fenêtre de sa chambre ses nouveaux voisins vêtus d’un drôle de pyjama.

Ma rencontre avec ce livre: je lis beaucoup de livres ayant pour sujet la seconde guerre et le nazisme. Du coup, je ne pouvais pas passer à côté de celui-ci avec la curiosité de voir comment cela serait traité en version jeunesse.

Mes plus: à peu près tout.
L’idée très originale de rentrer dans ce lieu avec les yeux naïfs et innocents d’un enfant.
La plume, subtile, drôle parfois.
La pudeur de ce roman, l’auteur parvient à nous évoquer l’inimaginable sans jamais vraiment l’écrire ( pas sûre que je sois très claire là...)

Mes moins: je n’en touve pas!

Petit conseil, je pense que la lecture de ce roman par un enfant devrait être accompagné par l’éclairage de ses parents pour bien capter toutes ses subtilités et tout ce qui se cache derrière ces mots.

Mon évaluation: best friend.

mercredi 4 février 2015

janvier 2015 Level 26



Level 26, Anthony E.Zuiker, J’ai lu


Résumé: les tueurs sont classés selon leurs meutres et leur ingéniosité.  Les pires meurtiers sont classés jusqu’au 25ème niveau, sauf un qui va atteindre le 26 ème.  Steve Dark, policier,  qui l’a déjà pourchassé et raté va devoir se remettre en chasse.

Ma rencontre avec ce livre: j’avais une envie dingue de connaître ce tueur si insaisissable.  Et j’etais très curieuse de decouvrir le fonctionnement de ce livre, qui nous renvoie regulierement à des vidéos en ligne.

Mes plus:
le côté sombre de Steve Dark
Les prouesses de ce tueur aussi intouchable que de la fumée.
Des chapitres courts qui donnent envie de continuer sans s’arrêter.

Mes moins:
clairement les vidéos.  Dès la première elle m’a empêchée d’imaginer les personnages. Elles me  coupaient dans mon élan de lecture, et souvent pour des images complètement inutiles à l’intrigue.

Mon évaluation: bon pote, et pas sûre que je lise le reste de la saga à cause de ces vidéos.

Première lecture de janvier




Le Joyau, Amy Ewing, Robert Laffont collection R

Résumé: Violet, une jeune fille pauvre est sélectionnée pour devenir mère-porteuse et être achetée lors d’une vente aux enchères. Ainsi, elle va entrer au coeur du Joyau et découvrir l’univers de la noblesse pour laquelle elle ne sera qu’un élément de servitude. Et où elle va également rencontrer un jeune garçon dont elle va tomber amoureuse.


Ma rencontre avec ce livre: une envie de lire du young adults, une couverture sublime, et ces mots "mères-porteuses" et "ventes aux enchères". Il ne m’en fallait pas plus pour que j’ai envie de lire ce livre.

Mes plus:
j’ai adoré l’ambivalence de la Duchesse du Lac, seul personnage que j’ai vraiment apprécié,  et considéré comme le plus complexe et le plus aboutit.
Le personnage de Lucien, pour son "évolution". Son côté doux et protecteur m’a fait penser au personnage de Cinna dans Hunger games ( que j’avais beaucoup aimé)
La découverte des codes du Joyau.
La fin, dont je ne peux rien dire pour ne pas vous gacher le plaisir.

Mes moins:
le personnage de Violet, un peu trop candide à mon goût,  mais je pense qu’elle évoluera dans le prochain tome.
L’écriture un peu trop simple.


Mon évaluation : bon pote.

Qui suis-je?

Qui suis-je?

Lauren, 33 ans (bon ce n’est qu’un chiffre!) Lectrice caractérielle,  qui peut bouder la littérature par nostalgie d’une saga qui se termine ou par déception.  Ou qui ne passe pas une journée sans lire. Lectrice éclectique,  qui lit tous les genres. Lectrice passionnée donc mais pas très douée sur un ordi d’où l’aspect un peu rudimentaire du blog ( mais promis je vais essayer d’améliorer ça) Et lectrice qui a juste envie de partager et d’échanger.

Mon classement

Pour évaluer mes lectures, je ne vais pas leurs mettre de notes mais plutôt faire un petit classement que je vous présente ici.


1 - LOVE STORY : l’amour fou, c’est pour THE livre, celui que je n’oublierais jamais, mon coup de foudre, mon coup de coeur.

2 - BEST FRIEND : pas loin de l’amour fou, il manquait juste le petit truc pour atteindre la perfection.

3 - BON POTE : on a passé un bon moment, c’était sympa. On se reverra peut-être un jour, qui sait?

4 - ALLEZ, SANS RANCUNE : bon, toi et moi on n’était pas fait pour être réunit,  mais je ne t’en veux pas.

5 - TOUT EST FINI ENTRE NOUS: je ne veux plus te revoir,  ni entendre parler de toi, tu m’as trop déçu.  On aura peut-être même pas été au bout de notre histoire.